delit

Vous revenez tranquillement à votre voiture après un bon repas au restaurant. Plus vous vous approchez de votre véhicule, plus vous commencez à cerner un dommage sur votre portière qui n’était pas présent à votre départ. Le fuyard n’a pas laissé ses coordonnées. Vous devez vous rendre à l’évidence, vous avez été victime d’un délit de fuite ou hit and run.

Que devez-vous faire dans une telle situation?

1- Contactez immédiatement le service de police pour obtenir un numéro de rapport. C’est primordial.

2- S’il y a des réparations urgentes à faire faire qui mettent en jeu votre sécurité (ce qui est rarement le cas), conservez vos factures.

3- Entrez en contact avec le service de réclamations de votre assureur sans tarder. Si vous êtes assuré avec La Capitale, composez le 1.800.461.0770

Habituellement, votre assureur vous demandera d’assumer la franchise inscrite à la protection collision et renversement de votre police d’assurance automobile.

Mais si vous êtes un assuré de La Capitale… bonne nouvelle! Lorsque vous détenez la protection collision ou renversement sur votre contrat d’assurance et qu’un rapport de police est rédigé, aucune franchise est appliquée.

Point important: si vous ne possédez pas la protection collision ou renversement, entrez en contact avec le Fonds d’indemnisation au 1.800.361.7620. Le Fonds rembourse les dommages matériels causés à un véhicule par une tierce partie non identifiée.

Comme vous le voyez, c’est une procédure assez simple mais vous devez retenir qu’un rapport de police est l’élément essentiel dans ce genre de situation.

Si vous n’êtes pas déjà assuré avec La Capitale, demandez-moi une soumission d’assurance automobile dès maintenant!

source: La Capitale

_____________________________________

À PROPOS DE L’AUTEUR

Dany Paquin est agent en assurance de dommages affilié à:

slingshot

Ce matin en consultant mon fil d’actualité Facebook, j’ai vu passer un article sur un nouveau produit de Polaris: le Slingshot!J’ai tout de suite été impressionné par le look de ce véhicule récréatif à 3 roues. Ce bolide rappelle évidemment le fameux T-Rex de Campagna.

Le prix devrait se situer entre 21 999$ et 26 499$ selon le modèle. Le moteur développe 174 chevaux. Parions que plusieurs voudront l’essayer! Selon les premières informations que j’ai eu d’un concessionnaire, aucun permis de moto ne sera requis pour conduire. Une formation de quelques heures suffiront.  Les détails sur le site Web de Polaris.

Si vous êtes l’heureux(euse) propriétaire de ce nouveau véhicule, demandez-moi une soumission d’assurance.

_____________________________________

À PROPOS DE L’AUTEUR

Dany Paquin est agent en assurance de dommages affilié à:

volantageesEst-ce que vous êtes inquiet des aptitudes de conduite d’une personne âgée dans votre entourage? Est-ce que vous hésitez à aborder le sujet avec elle?

On en convient tous, c’est un sujet très délicat car il touche la liberté de mouvement, l’indépendance et la vie sociale dans une certaine mesure.

La compagnie d’assurance américaine Liberty Mutual a récemment sondé 1 000 automobilistes âgés de 75 ans et plus pour dresser un tableau des raisons qui poussent les aînés à continuer à conduire leur véhicule même si certains admettent avoir plus de difficulté.

En effet, 78% des répondants disent avoir conduit même avec des problèmes tels qu’une baisse de la vue, d’audition ou une certaine forme de confusion.

En contrepartie, 84% des répondants se disent ouverts à discuter avec un proche ou un médecin sur certaines limitations ou même l’abandon de la conduite s’ils représentent un danger pour les autres ou eux-mêmes. Par contre, seulement 6% ont déjà eu ce type de conversation avec une personne de confiance.

Les personnes âgées tiennent à conserver le droit de conduire leur voiture, voici pourquoi:

- 64% ne veulent pas perdre le contrôle sur leurs vies

- 47% pensent qu’ils seront moins actifs sans permis de conduire

- 45% affirment qu’il sera difficile pour eux de trouver un autre moyen de transport

- 45% disent qu’ils seront plus isolés

En outre, 66% des répondants voudraient que le sujet de continuer à conduire ou non soit abordé avec leurs enfants. À ce sujet, Liberty Mutual a également sondé 1 000 babyboomers l’an dernier concernant la conduite de leurs parents. 55% d’entre eux sont effectivement inquiets mais seulement 23% en ont parlé avec eux. 29% admettent qu’ils évitent carrément le sujet. Mais pourquoi?

- 46% disent que leurs parents seront en colère ou même blessés

- 22% affirment que leurs parents seront tellement contrariés que cela les pousserait encore plus à continuer de conduire même s’ils n’ont plus la capacité 

85% des personnes sondées affirment qu’elles s’imposent des limites. Comme par exemple: elles évitent de conduire la nuit, conduisent seulement dans des endroits et sur des routes qu’elles connaissent et aux heures de faible trafic.

Que faire si vous êtes inquiet pour la sécurité de vos parents ou grands-parents? Voici quelques pistes de solution:

- Regardez avec eux s’ils peuvent trouver un moyen de transport alternatif.
- Chaque 6 mois, demandez de faire une balade avec eux et observez s’il y a des changements significatif dans la conduite. Discutez-en.
- Assurez-vous que la santé visuelle, auditive et générale de votre proche soit suivie régulièrement par un médecin.

Je sais que ce n’est pas facile de prendre les devants et de parler de ce sujet avec un proche que nous aimons, mais il en va de sa sécurité. J’espère que ce billet vous fera réaliser que nous aussi nous vieillissons et qu’un jour nous allons devoir prendre cette difficile décision d’abandonner la conduite automobile.

source: carinsurance.com 

_____________________________________

À PROPOS DE L’AUTEUR

Dany Paquin est agent en assurance de dommages affilié à:

lien2014Juste pour vous situer, au moment d’écrire ce billet de blogue je compte un peu plus de 6 000 followers sur Twitter, 700 fans sur ma page Facebook et plus de 1 000 contacts sur Linkedin. Je ne parle pas de Google+, Pinterest, Instagram et autres parce qu’il n’y a pas que des chiffres dans la vie. Bref, je peux dire que j’ai un auditoire potentiel pour les billets que j’écris sur ce blogue. Je précise: potentiel. En 2009, j’avais rien de tout ça. Nada.

La pub traditionnelle sur le Web

Il y a 5 ans, la seule manière que je connaissais pour promouvoir mes produits d’assurance auto, habitation et entreprise sur le Web était les bannières. C’est astronomique l’argent qu’on peut engloutir dans cette forme de publicité. Je ne dis pas que c’est 100% inefficace, mais quand on est travailleur autonome ou en démarrage, c’est cher.

Adwords

Vous allez me dire: oui, mais Adwords?! J’étais débutant à cette époque. Je voyais bien qu’il y avait des publicités quand je cherchais sur Google, mais j’avais aucune idée combien ça coûtait pour annoncer là et comment procéder. Et aujourd’hui, je peux vous dire que ça aussi c’est cher (surtout en assurances), mais beaucoup plus efficace que les bannières quand on bien conseillé selon moi.

Gratuit

Alors? Il me restait quoi? Les médiaux sociaux. Cette nouvelle chose qui semblait assez in et qui commencait à prendre la place sur la Toile. Facebook surtout, un peu plus tard Twitter et Linkedin [dans mon cas]. Qu’est-ce qui poussait les entrepreneurs à essayer ce moyen pour faire la promotion de leurs produits et services? La gratuité. Enfin un endroit à la hauteur de mes moyens de l’époque.

Produire son contenu

Sauf que… qu’est-ce qui est arrivé avec MySpace? Est-ce que ça peut être la même chose avec Facebook ou Twitter un jour? Bien sûr. Et de toute façon, tant qu’à partager du contenu, pourquoi ne pas partager MON contenu? Arrive le blogue. Arrive aussi le désir d’avoir un auditoire. Je ne sais pas si vous le savez mais écrire dans le vide c’est assez ordinaire. Alors que faire?

La quantité vs La qualité

On doit bien s’entendre sur un point, le nombre de followers ou de fans ne dit pas tout. Loin de là. Mais tout de même, il y a la Loi des grands nombres qui entre en ligne de compte. C’est vrai, si j’ai un potentiel élevé de lecteurs, c’est mieux qu’un nombre limité. Bien sûr, il y a la qualité et la pertinence. Un savant mélange de ces  éléments est l’idéal.

Bâtir son réseau

Comment se bâtir un réseau de qualité et rapidement? Soyez vous-même et surtout… remerciez les gens en plus de les aider. Gary Vaynerchuk appelle ça: The Thank You Economy. Savoir apprécier le geste de quelqu’un envers vous peut sembler la base, mais parfois on prend ça pour acquis. C’est une grave erreur à ne pas faire sur les médiaux sociaux.

L’entraide

L’entraide est la clé du succès sur ces plates-formes. Si les gens sentent que vous êtes sincère et attentionné, ils viendront naturellement vers vous. Ils vont même parfois vous référer à leurs amis. Et si vous faites le contraire et que vous tentez de pousser votre produit dans la gorge des internautes, ils vous fuiront comme la peste. Aussi simple que ça.

Du temps et de l’argent

Mais ça prend du temps et de l’énergie. Avec l’entrée en Bourse des principaux réseaux, ça demande aussi un peu d’argent pour bien distribuer vos messages. Les actionnaires veulent faire des sous. Vous avez besoin de conseils ou de ressources? Les médias sociaux regorgent de spécialistes et d’experts. Sachez entrer en contact avec eux et discuter de vos attentes.

Quand les médias traditionnels font appel à vous

La cerise sur le gâteau pour moi a été ma présence [gratuite] sur différents médias traditionnels. J’ai été interviewé par des personnalités comme Paul Houde au 98,5FM et François Paradis au 106,9FM.  J’ai écrit des articles pour le site Web Autonet.ca (Journal de Québec et Montréal) et j’ai répondu aux questions du journal Le Soleil. J’ai même donné deux conférences sur le blogue d’affaires.  Tout ça en lien avec ma présence sur les réseaux sociaux et mon expertise en assurance de dommages. Imaginez le nombre de dollars que j’ai sauvé en promotion.

En conclusion, je crois que tout le monde a intérêt à investir temps et argent dans les médias sociaux en 2014. Le ROI est intéressant si on tient compte des heures et non pas seulement de l’argent sonnant.

N’hésitez-pas à commenter en relatant vos bons coups sur Facebook, Twitter et cie. Et… merci! ;-)

_____________________________________

À PROPOS DE L’AUTEUR

Dany Paquin est agent en assurance de dommages affilié à:

 

Souvent le consommateur se demande quand il doit contacter son agent d’assurance. Un assuré doit signaler à son assureur tout changement qui influence le risque que couvre son contrat actuellement.

Voici 10 exemples de situations courantes qui nécessitent une modification à votre police d’assurance automobile et/ou habitation:

1- Vous changez de voiture, vous en vendez une ou vous la remplacez

2- Vous ajoutez ou enlevez un conducteur

3- Vous faites des modifications à votre voiture ou ajoutez des accessoires

4- Vous déménagez

5- Vous changez d’emploi, d’employeur ou de lieu de travail

6- Vous prenez votre retraite

7- Vous rénovez votre résidence et/ou agrandissez celle-ci

8- Vous venez de subir une suspension de votre permis de conduire

9- Vous remisez votre voiture pour quelques semaines/mois

10- Vous voulez ajouter ou supprimer des protections

En cas de doutes, n’hésitez surtout pas à contacter votre agent en assurance de dommages. Cette liste ne comporte que quelques cas.

______________________________________

À PROPOS DE L’AUTEUR

Dany Paquin est agent en assurance de dommages affilié à:

logo_lacapitale

coolComme le dit la chanson de notre [mon] enfance: l’été c’est fait pour jouer! Oui et non. Il faut bien sûr en profiter pour faire les activités qui peuvent nous libérer l’esprit et prendre un peu de soleil mais il faut aussi travailler.

Alors, comment garder le focus au travail quand le soleil plombe à l’extérieur?

Faites une liste de priorités

C’est un truc vieux comme le Monde mais très efficace. Essayez de dresser la liste complète des tâches à accomplir et ce par ordre d’importance. Qu’est-ce qui rapporte le plus? Qu’est-ce qui est vraiment prioritaire?

Gérez votre temps

Maintenant que votre liste de tâches est complétée,  il faut déterminer quand vous devez les faire. Combien de temps accorder à chacune? Si vous n’avez pas terminé tel ou tel travail dans le laps de temps que vous vous étiez fixé et que vous pouvez la finir le prochain jour, passez à l’autre. Avancez efficacement.

Évitez les distractions

Voilà la partie la moins facile du processus. L’été est une source de distractions incroyable. Quoi faire? Prenez des pauses plus courtes mais plus fréquentes. Allez marcher 5 minutes et faites le plein de vitamine C ou allez simplement profiter du soleil. C’est difficile de travailler de façon soutenue le reste de l’année, alors l’été c’est inimaginable.

Récompensez-vous

Quand la journée de travail est terminée, elle est terminée. Il y a une expression que j’aime bien: work hard, play hard. Plus vous allez trimer dur en respectant votre liste de tâches et plus il sera facile pour vous de décrocher du travail. En ayant le sentiment du devoir accompli, vous allez ainsi profiter pleinement de vos soirées et fins de semaine.

J’espère que ces trucs vont vous aider autant que moi à travailler même si plusieurs facteurs peuvent vous [me] distraire.

Bonus: la fameuse chanson l’Été c’est fait pour jouer

Sources: business2community.com, geeksugar.com

______________________________________

À PROPOS DE L’AUTEUR

Dany Paquin est agent en assurance de dommages affilié à:

google-self-driving-carsLa fameuse voiture sans conducteur de Google est sur toutes les lèvres depuis quelque semaines. Mais, quel sera l’impact sur les primes d’assurance auto? En cas d’accident, qui est responsable? Le passager/propriétaire de la voiture ou le fabricant?

Google a annoncé la semaine dernière que la voiture du futur sera non seulement sans conducteur mais n’aura ni volant, ni pédales. Le propriétaire du véhicule sera un passager tout ce qu’il y a de plus passif.  Le géant de Mountain View compte produire une centaine d’unités et les testera cet été.

La prime d’assurance pour ces voitures? Est-ce que sera un avantage de plus pour faire le saut vers la voiture sans conducteur? Évidemment, personne n’a vraiment la réponse à cette question. On pourrait penser que oui si on considère que 90% des accidents de voiture résultent d’une erreur humaine selon différentes études.

Voici ce qu’a écrit le directeur du projet de voiture sans conducteur chez Google Chris Urmson sur son blogue:  » Nous avons des senseurs pour contrer les angles morts et ils peuvent détecter des objets qui se trouvent à une distance équivalente à plus de 2 terrains de football, ce qui est très utile dans les rues avec beaucoup de trafic et d’intersections. »

Alors c’est pour quand? Les experts s’entendent pour dire que l’adoption par un grand nombre d’automobilistes ne se fera pas avant 2025. Avec une flotte automobile qui ne cesse de vieillir, cela semble confirmer que ce ne sera pas pour demain avant de voir un changement majeur dans le nombre de véhicule « avec conducteur ».

Comment vont régir les assureurs? Vont-ils encourager leurs assurés à opter pour la voiture sans conducteur? Il semble que plus il y aura de mécanismes automatisés (donc plus sécuritaires) mieux ce sera pour eux. Cela aura aussi sans doute pour effet de faciliter le règlement de sinistre lors d’une collision par exemple. En effet, les données relatives à l’accident pourront être facilement récupérées et aideront à déterminer le fautif.

Seriez-vous tenté de faire le saut vers ce type de véhicule?  Un sondage récent réalisé par The Pew Research Center démontre que 48% des américains aimeraient bien l’essayer s’ils en avaient la chance alors que 50% ne voudraient pas. On voit que cela ne fait l’unanimité.

C’est un dossier à suivre de près, surtout dans le cadre de mon travail d’agent en assurance de dommages. Moi j’aimerais bien faire une balade dans ce véhicule, et vous?

sources: marketwatch.com, begeek.fr

____________________________________________

À propos de l’auteur de ce blogue:

Dany Paquin est agent en assurance de dommages affilié à:

 

Percentage-going-downPour beaucoup d’automobilistes québécois, la prime d’assurance auto est une donnée assez importante dans le budget relié au transport. Payons-nous la juste prime au Québec? Si on se compare à L’Ontario ou aux autres provinces?

En baisse?

Réjouissez-vous, pour une 8 ième année consécutive la prime moyenne est en baisse au Québec. En effet, il en coûtait 589$ en 2005 tandis qu’en 2013 c’était 522$. Une baisse de 11% ou 1,38% par année. C’est quand même une bonne nouvelle non?

Quelle région du Québec affiche la prime la plus haute?

On serait bien sûr tenté de répondre Montréal. Et bien non. La région du Québec avec la prime moyenne la plus élevée est celle du Nord du Québec avec 702$.  Suivent dans l’ordre: Montréal (centre et est), Montréal (ouest), Laval et l’Outaouais. La région la plus économique dans ce registre est le Bas-Saint-Laurent avec 408$.

Si on se compare avec nos voisins?

Je n’ai pas les chiffres de 2013,  mais en 2012 la prime moyenne en Ontario était de… 1 151$. Au Nouveau-Brunswick, c’est un peu moins de 800$ par année. On peut voir une différence importante.

La différence homme vs femme?

Ce n’est pas un mythe, encore une fois en 2013 la prime d’assurance pour la protection collision des hommes coûte plus cher que celle des femmes.

Plus les assurés vieillissent, moins la différence est importante entre les sexes.  Par exemple pour la tranche d’âge 16-20 ans, la différence approximativement de 33% tandis que pour les assurés âgés de 45 à 64 ans, c’est presque la parité.

Le nombre d’accidents responsables influence beaucoup votre prime!

Si vous n’avez pas eu d’accident responsable au cours des 3 dernières années, la prime moyenne est de 489$ tandis que si vous en avez eu 3, elle est de 1 116$.

De plus, si vous n’avez pas eu d’accident responsable dans cette période de 3 ans, vous êtes moins à risque statistiquement d’en avoir un dans l’année en cours.

En effet, le taux de sinistre en 2013 d’une personne qui a eu 3 accidents responsables au courant des années 2010-2011-2012 est deux fois plus élevé que celui qui n’en a pas eu.

Et le vol automobile?

C’est la région de Montréal (centre et est) qui a la fréquence de vol la plus élevée dans la province avec un taux de 0,46% comparativement à la moyenne provinciale de 0,16%.

Les régions qui font bonne figure à ce chapitres sont:  Nord du Québec, Chaudière-Appalaches (excluant banlieue de Québec) et Bas-Saint-Laurent avec un taux de 0,03%.

Le coût moyen d’un vol automobile le plus élevé est dans la région de l’Abitibi-Témiscamingue avec 18 493$. La moyenne québécoise est de 15 646$.

Toutes statistiques se retrouvent sur le site Web du Groupement des assureurs automobiles.

Vous voulez comparer votre prime d’assurance automobile? Demandez-moi une soumission gratuite et rapide au 1.866.558.0880 ou cliquez ici.

image: galleryhip.com

____________________________________________

À propos de l’auteur de ce blogue:

Dany Paquin est agent en assurance de dommages affilié à:

 

1-1-1-02-Acheter une première maison est le rêve de plusieurs locataires et avec les taux d’intérêt en vigueur par les temps qui courent, ce désir est souvent accessible si vous regardez pour vous procurer une maison qui cadre avec votre capacité financière. Est-ce votre cas? Si oui, vous avez probablement tout planifié: mise-de-fond, taxe de Bienvenue, date de prise de possession, rendez-vous chez le notaire, etc.

Une autre étape qui n’est pas à négliger: protéger votre investissement. C’est à ce moment que l’assurance habitation entre en ligne de compte. Comment s’y retrouver? Qu’avez-vous besoin comme informations pour dénicher le produit le mieux adapter à votre besoin à un prix compétitif?

Comme vous vous en doutez, la police d’assurance pour propriétaire occupant est très différente de celle d’un appartement.  Non seulement vous devez protéger votre contenu mais surtout le contenant. De plus, contrairement à l’assurance locataire, vous êtes dans l’obligation de souscrire un tel contrat avec un assureur car votre créancier hypothécaire l’exigera.

Alors donc, quels sont les points à vérifier pour éviter toute perte de temps lors de votre magasinage d’assurance maison? En voici quelques-uns:

-  Les dommages reliés à l’eau représentent est une part importante des réclamations habitation. C’est pourquoi il est primordial de connaître l’état et l’année de rénovation de la toiture, du chauffe-eau, des portes et fenêtres, de la plomberie ainsi que du solage.  Vérifiez aussi si la résidence est munie de systèmes de prévention: clapet anti-retour, bassin de captation des eaux et pompe submersible.  À la lumière de ces informations, l’assureur pourra déterminer l’étendue des protections qu’il devra vous offrir. Assurez-vous que le montant d’assurance est suffisant, surtout si votre sous-sol est complètement aménagé.

- Le type de chauffage peut aussi être une source de questionnement surtout si celui-ci utilise le mazout comme combustible. Bien que ce soit de moins en moins populaire à cause de la hausse du prix du pétrole, le mazout est encore utilisé dans bon nombre de résidences. Points à surveiller: l’âge du système de chauffage et du réservoir ainsi que l’emplacement de ceux-ci, en plus du contrat d’entretien.  S’il y a présence d’un poêle à bois, assurez-vous que celui-ci rencontre les normes d’installation.

- Afin de calculer la valeur de reconstruction de votre maison, l’agent d’assurance de dommages aura besoin des informations suivantes: dimension de la maison, nombre d’étages, matériaux utilisés pour la finition intérieure et extérieure, le nombre de salle de bain, etc. Le plus simple est d’avoir sous la main la fiche technique qui contient la plupart de ces renseignements.

J’espère que ces informations vous seront utiles. Bien sûr, l’assurance habitation est plus complexe que cela, mais au moins vous aurez en main des pistes intéressantes pour bien magasiner votre premier contrat en tant que nouveau propriétaire.

Contactez-moi pour avoir une soumission rapide et sans aucune obligation. Vous pouvez aussi me joindre au 1.866.558.0880.

____________________________________________

À propos de l’auteur de ce blogue:

Dany Paquin est agent en assurance de dommages affilié à:

élecSi vous êtes un automobiliste, vous avez sûrement visité une station-service dernièrement. Vous avez été à même de constater que la facture totale de votre plein est élevée… très élevée même. C’est pourquoi de plus en plus de québécois se tournent vers la voiture électrique pour se déplacer.  En fait, 3 acheteurs font le saut chaque jour en moyenne.

La Montérégie domine!

Dans le top 5 des villes qui comptent le plus de véhicules électriques immatriculés par 10 000 habitants, la Montérégie en compte 3 (les 3 premières places): Saint-Lambert, Chambly et Boucherville. Deux-Montagnes et Mont-Royal complètent la liste.

Quels modèles de voitures préfèrent les québécois?

La Chevrolet Volt domine outrageusement avec 1 135 unités sur la route, suivent par la suite la Nissan Leaf avec 314 puis la Mitsubishi I-Miev qui a été le choix de 200 automobilistes. La Tesla S a séduite 118 québécois.

Est-ce qu’il y a un rabais d’assurance?

Afin d’inciter les consommateurs à se procurer une voiture plus verte,  mon partenaire La Capitale offre depuis plusieurs années un rabais de 15% sur la prime d’assurance des voitures hybrides et électriques.

Et vous? Songez-vous à vous procurer une voiture électrique?

Pour plus de détails et des tableaux comparatifs, consultez le reportage complet de Radio-Canada.

-> Demandez votre soumission d’assurance maintenant ou composez le 1.866.558.0880 pour me joindre sans frais.

Source:  Radio-Canada / image: ECOrelation.com

____________________________________________

À propos de l’auteur de ce blogue:

Dany Paquin est agent en assurance de dommages affilié à:

© Copyright Dany Paquin. Tous droits réservés.