Billets taggés ‘assurances web québec’

Foursquare est une application très populaire sur les réseaux sociaux (Twitter et Facebook majoritairement) depuis quelques mois. Pour ceux qui ne connaissent pas, Foursquare permet de faire connaître votre position géographique à vos contacts très facilement et sous la forme d’un jeu. Cela peut également être un outil de marketing très puissant car vous pouvez ainsi fidéliser votre clientèle en les incitant à se géolocaliser. Bref, je trouve cet outil génial, mais…

Il y a toujours des personnes qui cherchent une utilité malveillante à ce genre de succès technologique. Rappellons que Foursquare, une entreprise fondé à New-York en 2009 a maintenant plus de 200 000 utilisateurs. C’est une mine d’informations pour ceux désirant connaître à quelle distance vous êtes de la maison.

D’ailleurs, PleaseRobMe.com (s.v.p. volez-moi en français) a flairé la bonne affaire: il scrute les réseaux sociaux et détecte les mentions concernant une absence de la maison, un départ et bien sûr les infos fournies par Foursquare. Le fondateur du site web insiste sur le fait que ceci a été mis sur pied pour sensibiliser les utilsateurs du danger de divulguer ce type d’informations sur la toile.

Maintenant, qu’en pensent les assureurs de dommages qui sont directement touchés lorsque survient un vol à domicile. Un article du PC Advisor avance une hausse possible de la prime allant jusqu’à 10%. L’auteur explique aussi que dans le futur, certaines réclamations pourraient être refusées pour cause de négligence.

Pour ma part, je suis d’avis qu’il est effectivement imprudent d’indiquer notre position en temps réel. C’est amusant et pratique j’en conviens, mais ça reste quand même un risque supplémentaire d’être la victime d’un cambriolage. Cela se rajoute à d’autres facteurs concernant surtout une absence prolongée: accumulation de courrier, présence de neige abondante dans les escaliers et l’entrée, longueur du gazon en été, etc.

Qu’en pensez-vous?

sources: PC Advisor, TechCrunch, Mashable

L’annonce de ce matin du ministre des Finances Jim Flaherty en a surpris plusieurs. Il a en effet annoncé l’ajustement de trois règles d’admissibilité à l’obtention d’une hypothèque garantie par la société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL). Rappellons que la SCHL a été créée en 1946 pour répondre au besoins des anciens combattants de retour au pays.

Voici les trois changements effectifs le 19 avril prochain:

– Pour être admissible, vous allez devoir répondre au critère de solvabilité d’une hypothèque fixe de 5 ans même si vous en contractez une à un taux plus bas et pour une période plus courte. Cette mesure se traduira certainement par une hausse du nombre de refus.

– Si vous êtes déja propriétaire d’une résidence et vous désirez faire un refinancement hypothécaire, vous devrez vous limiter à 90% de la valeur de celle-ci et non plus 95%. Pour une unifamiliale de 175 000$ par exemple, cela représente une différence appréciable de 8 750$.

– Si vous voulez investir dans un immeuble à revenus que vous n’occupez pas en partie, la mise de fond nécessaire sera de 20% au lieu de 5%. Cette mesure est pour mettre un frein à la spéculation immobilière.

Pour ma part et en tant qu’agent d’assurance de dommages je suis d’avis que c’est une excellente nouvelle. C’est une mesure timide mais c’est mieux que rien. Comme mentionné dans le communiqué de presse, plusieurs propriétaires considèrent littéralement leur résidence comme un guichet automatique. Je n’avance pas que c’est la norme, mais ce ne sont certainement pas que des cas isolés.

Une résidence est certe un actif , mais pour devenir un capital tangible celle-ci doit être libre de toute créance un jour ou l’autre. Non? D’ailleurs ce n’est pas un hasard que la plupart des assureurs, dont celui que je réprésente, offrent un rabais de prime pour les résidences sans créancier hypothécaire.

Quand votre maison est payée comme on dit, cela laisse plus de place financièrement à la mise en oeuvre de rénovations qui vont éviter très souvent des réclamations fâcheuses.

L’accès au crédit est facile de nos jours et même encouragé. Je crois que le gouvernement avec cette mesure lance un message aux consommateurs qui souvent tentent de se rendre au maximum de l’endettement. Comme on le sait, les taux d’intérêt sont historiquement bas, mais pour combien de temps encore?

Qu’en pensez-vous? Je suis certain que vous avez votre mot à dire sur le sujet.

sources: cyberpresse.ca, SCHL

A lire aussi: Vous trouvez votre appartement petit?

C’est une expression que l’on entend souvent… mais qu’est-ce que ça veut dire au juste? Suis-je dans l’obligation d’assurer ma voiture avec des protections complètes? Quand puis-je cesser de le faire?

Premièrement, si votre voiture est libre de créance et qu’elle n’est pas en location à long terme, vous n’êtes pas dans l’obligation de souscrire une protection complète auprès de votre agent d’assurance. Quand devez-vous songer à réduire les protections sur votre police automobile?

Un seul conseil: allez-y avec votre capacité financière. Êtes-vous prêt à assumer la perte reliée à un accident responsable, à un vol, à un bris de pare-brise, à un incendie ou à du vandalisme? Seul vous pouvez répondre à cette question.

Au Québec, la loi sur l’assurance automobile stipule que vous devez maintenir une protection minimale de 50 000$ en responsabilité civile. Les assureurs accordent habituellement une protection de 1 M$ et parfois même de 2 M$.

Cette protection au contrat sert à vous indemniser en cas d’accident non-responsable ou de dommages causés à un tiers. C’est ce qu’on appelle: assuré d’un seul côté ou d’un bord. Vous pouvez vérifier la limite accordée dans la section: Chapitre A de votre police d’assurance auto.

Le chapitre B de votre police d’assurance automobile concerne les dommages au véhicule lui-même. Dans un prochain billet, je vais vous expliquer les particularités de cette section.

 

Vous êtes propriétaire d’une maison et vous désirez consommer moins d’électricité durant cette période particulièrement froide? Beaucoup de québécois optent alors pour l’installation d’un chauffage au bois.

Mais, cela a-t-il un impact sur votre prime d’assurance? Vous devez en faire mention à votre agent? Il y a des normes à respecter? Est-ce que je peux utiliser ce mode de chauffage à Montréal ?

Premièrement, il est très important d’aviser votre assureur de ce changement de mode de chauffage auxiliaire. La plupart des assureurs imposent une surprime car cela hausse le risque d’incendie. Généralement cette surprime est très raisonnable et n’affectera pas votre choix de chauffer au bois ou non.

Si vous omettez de le déclarer à votre assureur, celui-ci pourra  vous indemnisez au prorata de la prime perçue en cas de sinistre couvert . En d’autres mots, si par exemple votre maison coûte 500$ par an d’assurance sans chauffage au bois et qu’avec un tel chauffage il en aurait coûté 600$ et que vous êtes victime d’un sinistre de 5 000$, l’indemnisation pourrait être de 4 150$ moins la franchise applicable. Donc, le plus simple est de le divulguer à votre assureur.

Bien entendu, l’assureur vous demandera des photos de l’installation de votre poêle à bois ou de votre foyer pour être certain que celui-ci rencontre les normes de la compagnie.

Il se peut également que l’assureur mandate un professionnel  pour aller faire l’inspection visuelle sur place et valider la conformité.

Ce type de chauffage est aussi contreversé. De fait, l’installation de chauffage au bois est interdit pour les constructions neuves sur l’Ile de Montréal. Cette nouvelle réglementation a fait couler beaucoup d’encre à pareille date l’an dernier.

Si vous avez des questions concernant votre installation ou votre utilisation, la meilleure solution est d’en parler à votre agent d’assurance.

PS: ce billet est à titre informatif seulement, il ne remplace en aucun cas les conseils d’un professionnel du chauffage.

 

Depuis le 17 janvier dernier, le cours de conduite automobile est redevenu obligatoire au Québec, et ce plus de 10 après l’abolition de cette obligation. De plus, la formation en vue de l’obtention du permis de conduire a été complètement revue.

En effet, la SAAQ stipule que l’accent sera davantage mis sur l’anticipation des risques, les comportements dangereux et le partage de la route. Il y a aussi une nouveauté importante: tous les aspirants conducteurs seront dans l’obligation de suivre cette formation, peut importe l’âge.

Voici un résumé du parcours en vue de l’obtention d’un permis de conduire permanent au Québec:

– La formation débute par 10 heures de cours théoriques. S’en suivra un examen écrit à l’école de conduite

– Une fois cet examen réussi, l’élève peut se présenter à la SAAQ pour obtenir son permis d’apprenti-conducteur

– Au cours des 10 mois suivants, l’élève devra compléter 14 heures de théorie ainsi que 12 heures de formation pratique.

– Par la suite, la prochaine étape consiste à réussir l’examen écrit de la SAAQ

– L’élève devra ensuite attendre 60 jours avant de pouvoir faire l’examen pratique de la SAAQ. Pendant cette période, il devra aussi terminer sa formation pratique :  3 heures restantes.

Pour un total de 24 heures de théorie et 15 heures de pratique. Le coût de cette formation auprès de l’école de conduite a été plafonnée à 825$.

Évidemment, en tant qu’assureur je ne peux que me réjouir de cette nouvelle règlementation. Je suis d’avis que cette formation est primordiale pour assurer une conformité dans la façon d’apprendre à conduire une voiture en toute sécurité.

Rappellons en terminant qu’en 2008 au Québec, les 16-24 ans réprésentaient 10% du total des permis de conduire émis mais ils ont été impliqués dans 23 % des accidents avec dommages corporels.

Qu’est-ce que vous pensez de ce nouveau programme de formation?

source: SAAQ

 

Vous êtes administrateur et dirigeant de votre association professionnelle ou d’un organisme sans but lucratif ? C’est très bien et il faut des volontaires pour accomplir cette tâche.

Mais, avez-vous pensé aux situations pouvant impliquer votre responsabilité civile personnelle ? Vos décisions peuvent avoir des conséquences fâcheuses. Comment être certain que vous êtes bien couvert?

Et bien, demandez une copie de la police d’assurance de responsabilité des administrateurs et dirigeants de l’organisme en question. Celle-ci comporte toutes les protections nécessaires en cas de faute, d’erreur ou d’omission.

Voici quelques situations qui pourraient nécessiter l’invocation d’un telle police d’assurance:

– conflits d’intérêts

– déclarations publiques non autorisées et inconsidérées

– l’attribution de contrat sans autorisation

– les mauvaises décisions

– les préjudices causés à la suite de publication d’avis

Votre implication sociale se doit d’être prise au sérieux. Personne n’est à l’abri de l’erreur et mon rôle est de protéger votre patrimoine même lorsque vous donnez à la société.

 sources: Pensez-y bien, Ma vie mon patrimoine

Ce sont ces deux mots qui me sont venus en tête après ma présentation d’hier à la rencontre de web-affaires Focus 20. Exceptionnellement, l’évènement réunissait également les membres de SWAFF et d’ Hyperlien.

En tout, nous étions un peu plus de 60 personnes: des blogueurs professionnels, des entrepreneurs issus du web et d’autres qui sont venus s’informer sur le sujet du jour: le  blogue d’affaires.

Avec la récente catastrophe en Haïti, nous avons eu droit d’entrée de jeu à une allocution nous sensibilisant à l’organisme Développement et Paix. La communauté web est très généreuse et il est évident que les membres de Focus 20/SWAFF/Hyperlien n’allaient pas faire exception.

C’était soir de grande première pour moi en tant que présentateur et toute nouvelle expérience amène inévitablement une certaine crainte.  J’ai eu la chance de recevoir énormément de support durant le 5 à 7 qui a précédé mon exposé.

Plusieurs m’ont demandé si j’étais nerveux et j’ai répondu par la négative car c’était en effet le cas.  C’est ce qu’on appelle: du bon stress. Vous m’avez tous donné confiance et je tiens à vous remercier pour ce geste.

De plus, j’ai eu droit à une écoute soutenue de la part des participants tout au long de ma présentation et c’est très apprécié. Quelques personnes ont également contribué par des questions et soulevé ainsi des points très intéressants.

Une mention toute spéciale à M. Mario Asselin qui a supporté mes propos quand est venu le temps d’aborder le sujet des flux RSS et ce fut fort à propos.

J’ai décidé d’aborder le sujet du blog d’affaires par le cas pratique que je maîtrise le mieux: le mien. Étant blogueur depuis moins d’un an, je suis en mesure de me souvenir exactement ce qu’est la phase de démarrage d’un blog. Quelles sont les questions que l’on se pose à soi-même ou aux plus expérimentés? Quel est but recherché en bloguant?

Pour votre confiance et votre formidable générosité, merci à Chantal Beaupré, Luc Gendron et Nancy Vigneault.

N’oubliez pas… c’est VOUS l’expert!

Ma présentation:  Focus 20 – 14 janvier 2010-blog affaires

__________________________________________

MAJ

Cette présentation a été immortalisée grâce au travail de Geneviève Labadie . Vous pouvez également suivre son entreprise Multilabadie sur Twitter. Merci Geneviève!

Ma première idée était de vous entretenir sur l’assurance locataire mais j’ai décidé d’y aller avec l’assurance de copropriétaire. Ce format de police s’apparente beaucoup avec une police de type locataire. La prime de l’assurance condo est basée sur le contenu et non sur le contenant comme l’assurance de propriétaire occupant.

Donc, il est primordial de faire une liste complète de tous vos biens. Les prix doivent être calculés en valeur à neuf: meubles, vêtements, articles de sport, vaisselle, outils etc. Vous constaterez alors que vous avez beaucoup plus de chose que vous ne le pensez. Mais, simplifiez vous la vie en filmant tous vos effets et ainsi rien ne sera oublié lors d’un éventuel sinistre.

La police d’assurance pour les copropriétaires est très abordable. C’est certain que vous devez également payer votre part de l’assurance commerciale contractée par le syndicat de copropriété. Je traiterai d’ailleurs de ce produit dans les prochaines semaines.

Il est important également de voir l’importance que peut avoir votre responsabilité civile. Je conseille en tout temps d’avoir une limite de 2 000 000$. La différence de prix entre le premier et le deuxième million est vraiment très mince et si vous habitez dans un complexe de plus de 24 unités, c’est encore plus important. De plus, comme je l’ai déjà mentionné dans mon précédent billet, cette protection vous couvre partout dans le monde.

Comment épargner?

    • Informez-vous des systèmes de protection mis en place dans votre condo
    • Impliquez-vous dans le processus d’achat de la police du syndicat de la copropriété
    • Augmentez la franchise sur votre police (je suggère un minimum de 500$)
    • Évitez de faire une réclamation pour un montant qui dépasse à peine la franchise.

Sur le même sujet: Montréal est condo

© Copyright Dany Paquin. Tous droits réservés.